L’histoire vraie de «  » Bella ciao « , qui n’a jamais été chantée dans la Résistance

Gianpaolo Pansa: «Bon bonjour. C’est une chanson qui n’a jamais appartenu aux partisans, comme beaucoup le croient, mais très populaire ». Giorgio Bocca: «Bella ciao … chant de la Résistance et de la Jeunesse … chant de la période fasciste … Ni l’un ni l’autre né des partisans ou des fascistes, l’un emprunté à une chanson dalmate, l’autre à l’esprit étudiant toscan et au fil des années ils sont devenus les hymnes officiels ou de facto de l’Italie antifasciste et de celui du régime Mussolini… Pendant les vingt mois de la guerre partisane je n’ai jamais entendu Bella ciao chanter, c’était une invention du Festival de Spoleto ».
Les voix «officielle» et «révisionniste» de l’historiographie populaire sur la Résistance s’accordent à reconnaître que «Bella ciao» n’a jamais été chantée par les partisans.
Mais quelle est la vérité? « Bella ciao » a-t-il été chanté pendant la guerre civile? Est-ce un produit de la littérature de la Résistance ou sur la Résistance, selon la distinction faite par Mario Saccenti à l’époque?
Dans « Trois hommes dans un bateau: (pour le silence du chien) » de Jérôme K. Jérôme, il y a un épisode savoureux: lors d’une promenade en bateau, trois amis s’arrêtent dans un bar, dont le mur était accroché avec une vitrine avec un belle truite qui semblait farcie. Chaque client qui entre raconte aux trois inconnus qu’il a attrapé la truite lui-même, assaisonnant l’histoire de la pêche de mille détails. À la fin de l’épisode, la caisse tombe et la truite se brise en mille morceaux. Il était en plâtre.
Situation plus ou moins similaire à la lecture des différentes reconstitutions de l’histoire de ce qui se présente comme l’hymne des partisans. Chaque « témoin oculaire » en dit un différent. Les partisans du Val d’Ossola l’ont chanté, ou plutôt pas ceux des Langhe, ou pas ceux d’Emilia, ou pas ceux de la Brigade de la Maiella. Il a été présenté en 1947 à Prague à l’occasion de la revue « Chants du monde pour la jeunesse et la paix ». Etc.
Et aussi sur l’histoire de l’hymne une version différente est présentée à chaque fois.
Dans les années 60 du siècle dernier, l’hypothèse s’est confirmée qu’il s’agissait d’une chanson de la mondine du début du XXe siècle, dont « Les partisans » auraient changé les mots. En effet, il existe une version « mondina » de « Bella ciao », mais cette version, comme nous le verrons, fait partie des récits des pêcheurs présumés sur la truite de Jérôme.
Allons dans l’ordre. Déjà sur la mélodie, on entend toutes les couleurs. C’est une mélodie génoise, non, en effet, une villanella des 500, en effet non, un chant vénitien, en effet non, une chanson populaire dalmate … À tel point que Carlo Pestelli dit: « Bella ciao c’est une chanson de pelote de laine dans laquelle de nombreux fils de différentes couleurs sont entrelacés « 
Sur ce point, la seule certitude est que le morceau le plus ancien d’un enregistrement de la mélodie en question est de 1919, sur un 78 tours de l’accordéoniste tsigane Mishka Ziganoff, intitulé «Klezmer-yiddish swing music». Kezmer est un genre musical yiddish dans lequel divers éléments convergent, y compris la musique folklorique slave, donc l’hypothèse la plus probable sur l’origine de la mélodie est précisément celle de la chanson folklorique dalmate, comme le pense Bocca.
Voyons plutôt le texte «partisan». Quand est-il apparu pour la première fois?
Voici greffés les histoires «orales» qui rappellent la truite de Jérôme. Chacun le raconte à sa manière. L’entrée «Bella ciao» sur Wikipédia contient une longue interlocution dans laquelle elle raconte une «découverte» documentaire dans les archives historiques de la Canzoniere della Lame qui prouverait la circulation de la chanson entre les partisans entre les Apennins bolognais et les Apennins modéniens, mais les superviseurs de l’encyclopédie en ligne ont été contraints de marquer le passage car il n’avait pas de source. Ce n’est pas sans source, c’est simplement faux: dans les archives citées par Wikipédia, il n’y a aucune trace documentaire de «Bella ciao» comme chanson partisane.
Afin de combler le vide de l’absence de preuves documentaires, d’antidater l’apparition de la chanson partisane, beaucoup font référence à la «tradition orale», qui – cependant – surtout si elle remonte à des années après les faits, est la plus fallacieuse qui puisse exister. Si vous allez au Loch Ness, il y en a encore qui jurent avoir vu le « monstre » marcher sur le lac … A l’inverse, il n’y a pas de source documentaire qui affirme que « Bella ciao » ait jamais été chanté par les partisans pendant la guerre. En effet, il existe des indices sérieux, précis et concordants qui conduisent à exclure cette hypothèse.
Parmi les partisans, il y avait des feuilles avec les paroles des chansons à chanter, et aucune de ces feuilles ne contient le texte de Bella ciao. On a soutenu que la chanson avait été adoptée par certaines brigades et que c’était même l’hymne de la brigade de la Maiella. Le fait est que dans le livre autobiographique de Nicola Troilo, fils d’Ettore, fondateur de la brigade, il y a aussi de la place pour les chansons qui ont été chantées, mais aucune mention de Bella ciao, encore moins son éventuelle adoption comme «hymne». En effet, dans le journal de Donato Ricchiuti, membre de la Brigade Maiella décédé à la guerre le 1er avril 1944, on apprend que c’est lui qui composa l’hymne de la Brigade: «Hymne du lynx».
Par conséquent, il manque des documents contemporains, mais même dans les années qui ont immédiatement suivi la guerre, il n’y a aucune trace de cette chanson «partisane». Il n’y a aucune trace de Bella ciao dans la Canta Partigiano publiée par Panfilo en 1945. Bella ciao ne connaît pas non plus le magazine Folklore qui en 1946 consacra deux numéros aux chansons partisanes, édité par Giulio Mele.
Il n’y a pas de Bella ciao dans les différentes éditions du Canzoniere Italiano de Pasolini, qui contient également une section consacrée aux chants partisans. Dans l’hagiographie de la guerre partisane de Roberto Battaglia, publiée en 1953, il y a amplement d’espace pour le chant partisan. Il n’y a aucune trace de « Bella ciao ». Même dans l’édition suivante de 1964, Battaglia, tout en élargissant l’espace dédié au chant partisan et en introduisant une bibliographie substantielle sur le sujet, ne fait aucune mention de «Bella ciao».
Pourtant, la chanson avait déjà été publiée. En fait, la première présentation Bella ciao, dans le magazine « La Lapa » d’Alberto Mario Cirese, remonte à 1953. Il faudra attendre 1955 pour que la chanson fasse partie d’un recueil: Chansons partisanes et démocratiques, édité par la commission jeunesse du PSI. Il fut ensuite inséré par l’Unité le 25 avril 1957 dans un court recueil de chants partisans et repris la même année par Canti della Libertà, supplément du livre Patria Indifferente, distribué aux participants à la première rencontre nationale des partisans à Rome.
En 1960, la Serie del Gallo Grande des éditions Avanti publie une vaste anthologie de chansons partisanes. La chanson est présentée avec le titre O Bella ciao à la p. 148, citant comme source le recueil de 1955 des jeunes socialistes mentionné ci-dessus et présenté comme dérivé d’un air « célèbre » de la Grande Guerre, qui « Pendant la Résistance atteignit, en peu de temps, une grande diffusion ».
Malgré cette insistance, il n’y a pas de Bella ciao dans le recueil de Canti Politici publié par Editori Riuniti en 1962, qui contient 62 chansons partisanes.
Lors de la présentation de Bella ciao en 1947 à Prague à l’occasion de la revue « Chants du monde pour la jeunesse et la paix », il n’y a pas d’éléments concrets pour la soutenir. Carlo Pestelli raconte: «A Prague, en 1947, lors du premier festival mondial de la jeunesse et des étudiants, un groupe d’anciens combattants d’Emilie a diffusé avec succès Bella ciao. A cette occasion, des milliers de délégués de soixante-dix pays se sont réunis dans la capitale tchèque et certains témoins ont dit que grâce aux applaudissements choraux, Bella ciao est devenue le centre d’attention « , omettant – cependant – de citer la source, par conséquent, on ne sait pas d’où viennent les nouvelles. Le fait est que dans les récits de l’époque, rien de tout cela ne se trouve: L’Unità consacre le vernissage du 26 juillet 1947 à l’exposition, sous le titre «La capitale de la jeunesse».
Comme mentionné, sur le plan documentaire, il n’y a pas de «trace» de Bella ciao avant 1953, moment où elle est encore assez répandue, étant donné que d’après un rapport de Riccardo Longone paru en troisième page de l’Unité du 29 avril 1953, on apprend qu’à l’époque la chanson était connue en Chine et en Corée. Yves Montand l’enregistre également, mais la chance sourira plus tard à cette chanson désormais connue comme l’hymne partisan par excellence.
Comme le dit Bocca, ce sera le Festival de Spoleto qui le consacrera. En 1964, la Nuovo Canzoniere Italiano la présente au Festival dei Due Mondi comme une chanson partisane dans le spectacle du même nom et présente Giovanna Daffini, une ancienne musicienne de mondina, qui chante une version de « Bella ciao » décrivant une journée de travail de la mondine , arguant qu’il s’agit de la version «originale» de la chanson, dont les paroles ont été modifiées pendant la résistance pour les adapter à la lutte partisane. Les deux versions de la chanson ouvrent et ferment le spectacle.
Daffini avait présenté la version «mondina» de Bella ciao en 1962 à Gianni Bosio et Roberto Leydi, déclarant l’avoir entendue de la mondine émilienne qui allait travailler dans la région de Vercelli, et la Nuovo Canzoniere Italiano avait donné du crédit à cette version des événements.
Sauf qu’en mai 1965, un certain Vasco Scansiani écrivit une lettre à l’Unité dans laquelle il revendiquait la paternité des paroles chantées par Daffini, affirmant avoir écrit la version « mondina » de la chanson et l’avoir remise à Daffini (son concitoyen de Gualtieri ) en 1951. L’Unità, pressé par Gianni Bosio, ne publie pas cette lettre, mais il y a des nouvelles d’une « confrontation » entre Daffini et Scansiani dans laquelle l’ancienne mondina a admis avoir reçu les vers de son concitoyen. De cette intrigue, il semblerait que la version «partisane» aurait précédé celle de «mondina».
En 1974, un autre auteur présumé de la chanson se présente, un ancien carabinier toscan, Rinaldo Salvatori, qui dans une lettre aux éditions Gallo, raconte l’avoir écrite pour une mondina dans les années 1930, mais ne pas avoir pu la déposer au SIAE car il avait été prévenu. par la censure fasciste.
Les preuves contradictoires, l’absence de sources documentaires avant 1953, rendent vraiment improbable que la chanson ait été chantée pendant la guerre civile. Cesare Bermani affirme que la chanson n’était « pas très répandue » pendant la Résistance, donc, se référant à Hosmawm, suppose que dans l’imaginaire collectif « Bella ciao » est devenue l’hymne de la Résistance par l’invention d’une tradition.
Le fait est que Bermani lui-même, en plus de confirmer l’hypothèse peu fiable selon laquelle il s’agissait de l’hymne de la Maiella Brigade, d’une part, reconnaît qu’avant le succès du spectacle au Festival de Spoleto « on croyait, n’ayant pas eu cette chanson un diffusion particulière dans le Nord pendant la Résistance, qui est apparue immédiatement après la guerre », d’autre part, elle recueille cependant divers témoignages qui attesteraient de sa diffusion généralisée pendant la guerre civile, se croyant effectivement.
Le problème est que les témoignages auxquels se réfère Bermani soutiennent l’hypothèse d’une diffusion, certes «rare», de «Bella ciao» pendant la guerre civile, sont contradictoires et recueillis plusieurs années après la fin de celle-ci ( le premier date de 1964 …), avec une fiabilité médiocre qui en résulte.
Par conséquent, s’il s’agit d’une invention d’une tradition, ses origines sont inventées en temps de guerre. Revenant au point de départ, comme le prétendent Bocca et Panza, «Bella ciao» n’a jamais été chanté par les partisans. Mais le mythe de «Bella ciao» comme «chanson partisane» est si profondément enraciné que les funérailles de Giorgio Bocca sont accompagnées de cette chanson qu’il a lui-même dit n’avoir jamais chanté ni entendu chanter pendant la lutte partisane.
Pourquoi «Bella ciao», malgré tout, est-elle devenue le symbole de la Résistance, dépassant immédiatement les frontières nationales? Pourquoi cette « invention de la tradition » a-t-elle pris racine? Quelqu’un a fait valoir que le succès de « Bella ciao » proviendrait du fait qu’il n’est pas « enregistré », comme cela pourrait être « Whistles the wind », dont le « Sol dell’Avvenir » rouge rend la chanson clairement communiste. « Bella ciao », en revanche, embrasserait tous les « visages » de la Résistance (guerre patriotique de libération de l’armée allemande envahissante; guerre civile contre la dictature fasciste; guerre de classe pour l’émancipation sociale), comme l’a identifié Claudio Pavone.
Mais, probablement, Gianpaolo Pansa a raison: «(Bella ciao) est exposée en continu tous les 25 avril. Je l’aime aussi, avec ce motif musical agile et joyeux qui vous invite à le chanter ». Le succès de «Bella ciao» comme «hymne» d’une guerre au cours de laquelle il n’a jamais été chanté, vraisemblablement, vient du motif accrocheur, de la facilité de mémorisation du texte, du «trouvé» du Nuovo Canzoniere pour introduire des applaudissements. En bref, de son utilisabilité immédiate.

Voyagez avec des instruments de musique à toujours emporter avec vous
Pressage de CD : contacter un professionnel en ligne pour découvrir les offres